Call of Juarez, Dead Island, Techland connait les jeux en open world et le prouve une fois de plus avec Dying Light. S'ouvrant sur un parachutage que n'aurait pas renie James Bond ou Solid Snake, Dying Light met rapidement les pieds dans le plat.
S'il n'est pas possible dans Dying Light de conduire des vehicules, Techland a neanmoins opte pour une facon rapide de se mouvoir a l'interieur de l'immense open world a disposition.
En somme, si les rues de Haran seront autant peuplees quelle que soit l'heure de la journee, vous aurez la malchance, des le crepuscule, de tomber sur des groupes de creatures particulierement vicieuses, et tres inspirees des Reapers de Blade II, autrement dit les Night Hunters.
Les fans de Dead Island auront bien entendu compris de quoi il en retourne mais arretons-nous quelques instants sur ce systeme pour les non-inities. Dying Light etant a la croisee des chemins du survival-horror et du RPG, il ne sera donc pas surprenant de voir apparaitre les termes Experience, Montee de niveaux ou Capacites. Apres plusieurs heures de jeu, on se rend compte que Techland n'a pas pris de risques avec Dying Light. Sans surprise, Dying Light reprend la quasi-totalite des bonnes idees de Dead Island en les injectant dans un univers plus sombre, sans cet aspect coconut qui faisait le charme du jeu precite. En effet, il va a nouveau etre ici question de visiter un immense terrain de jeu, pour cette fois recuperer les donnees d'un virus planquees dans une ville mise en quarantaine. Ainsi, quelques minutes apres notre entree en scene, Kyle Crane, notre avatar, se retrouve au sein d'une des factions tentant tant bien que mal de survivre dans la ville d'Haran en proie a un virus ayant transforme ses habitants en veritables creatures avides de chair humaine.
De fait, l'un des points mis en avant par les developpeurs lors des campagnes de promotion de leur bebe etait le fameux Parkour, technique permettant d'utiliser l'environnement urbain pour se deplacer avec aisance dans de grandes cites. Ces derniers, plus sensibles au bruit et ayant une bien meilleure vision que le zombie de base, n'auront alors de cesse de vous poursuivre pour vous battre a mort. Si vous trouverez bien quelques armes automatiques dans Dying Light, vous devrez le plus souvent combattre avec ce que vous trouverez dans les bidonvilles.
En gros, en fonction de votre facon de jouer, vous aurez la possibilite d'orienter votre evolution via les niveaux Survivant, Agilite et Puissance.


Les developpeurs polonais ont ainsi recupere ce qui faisait le succes de leur survival-horror exotique en le transposant dans un environnement plus urbain. En resulte un clone urbain de ce dernier, plus dynamique grace au Parkour et surtout mieux pense a pas mal de niveaux. Et comme d'habitude, qui dit quarantaine dans le jeu video, dit infectes et moult problemes a venir. Si notre but premier sera de retrouver un traitre de l'agence GRE ayant derobe le virus, on sera tres rapidement confrontes a des decisions nous demandant de choisir entre notre mission d'agent infiltre et le fait d'aider les survivants.
Autant dire qu'il faudra dans ce cas se montrer discret ou courir tres vite pour avoir une chance de survivre.
Pour autant, loin de moi l'idee de critiquer cet etat de fait, d'autant que les nombreuses ameliorations servent parfaitement le propos. Bref, au-dela du scenario cliche faisant intervenir des personnages manquant de charisme, Dying Light repose sur un concept parfaitement huile deja au centre des deux premiers Dead Island : de la survie, du craft et un paquet de missions a remplir. Eh bien, sans atteindre la fluidite et la souplesse du systeme de Mirror's Edge, le free run remplit tres bien son office dans Dying Light en nous permettant de couvrir rapidement de longues distances.
Ces sequences, particulierement reussies, ajoutent donc une vraie tension lors des passages nocturnes plus axes course-poursuite que leurs homologues diurnes davantage orientes action. Pourtant, en fouillant un peu partout, vous tomberez sur des objets qui, combines entre eux, pourront vous permettre d'utiliser des plans synonyme d'ameliorations. Il sera donc tres important d'ecumer tous les challenges et quetes a disposition (principales et annexes) pour engranger un max d'EXP, mais attention ! Si le soft doit neanmoins, comme ses proches parents, supporter plusieurs problemes (doublage francais aux fraises, IA des ennemis desequilibree, scenario cliche, quelques petits soucis de framerate), il s'en sort malgre tout haut la main grace a une veritable impression de liberte, un gameplay equilibre et dynamique, son coop pour 4 joueurs et le mode multi Be the Zombie plutot fendard. Bien entendu, outre ces chasseurs, vous rencontrerez d'autres types d'infectes a l'image des brutes, des cracheurs, des sprinteurs. En effet, si vous veniez a mourir de jour, chaque respawn vous couterait pas mal d'experience.


Si on y rajoute les humains, generalement bien armes et donc tres dangereux, vous comprendrez rapidement l'interet de jouer a quatre en cooperation ou de trouver les materiaux necessaires pour creer de puissants mods a meme de customiser vos armes blanches. Une idee bien vicieuse mais vous forcant a faire plus attention ou a evoluer de nuit, vos morts nocturnes n'impactant nullement sur votre pecule d'EXP. Il ne tiendra qu'a vous de prendre le temps de tout fouiller pour denicher de veritables tresors ! Mieux, en vous baladant une fois la nuit tombee, il sera meme possible de recuperer davantage d'experience.
A ce sujet, precisons que cette recherche sera plus aisee que dans Dead Island grace a une sorte de sixieme sens nous permettant de voir en un clin d'oeil tous les objets a recuperer dans une zone delimitee. Une chouette idee incitant le joueur a constamment passer d'un moment a l'autre de la journee en fonction de ce qu'il cherche a faire. Un pouvoir bien pratique surtout qu'il nous servira aussi a connaitre precisement l'emplacement de nos objectifs ou l'emplacement des Night Hunters decrits plus haut. Et pour les plus flemmards d'entre vous, n'oublions pas qu'il sera aussi possible d'acheter des objets dans des camps ou a la Tour, notre gigantesque QG ou un intendant nous offrira chaque jour, a titre gracieux, des objets. Une raison de plus pour dormir, ceci ayant pour effet, en plus de passer le temps, de rapidement switcher entre le jour et la nuit.
Quel interet me demanderez-vous, d'autant que je precisais un peu plus tot que les nuits etaient bien plus dangereuses que les journees ?



Books on communication skills in english audio
How to read odt file in java
Best selling free kindle books 2012


Comments to «Survival exp dying light xbox 360»

  1. VALENT_CAT on 29.06.2015 at 18:13:19
    Research Institute, isn't any newcomer viagra.
  2. seymur on 29.06.2015 at 15:29:19
    The wrist, ankle, and most.