Comment vaincre le diabete type 2 bruxelles,type 2 diabetes cure pdf zusammenf?gen,type 2 diabetes involves - 2016 Feature


Chez tout patient presentant des troubles de conscience de quelque profondeur que ce soit, la regle generale est de mesurer immediatement la glycemie. L’entourage detecte les signes de l’hypoglycemie chez une personne semi-consciente qui nie faire une hypoglycemie : il faut aider en douceur la personne a se resucrer, meme si la convaincre n’est pas toujours chose facile. Si la personne est traitee par insuline et que vous savez faire une injection, vous pourrez pratiquer une injection de glucagon. Si l’on ne parvient pas a gerer la situation, contacter les secours: composer le 15 depuis un telephone fixe pour toute urgence medicale ou le 112 depuis un telephone portable (pour la France). Comme ce sujet n’entre pas vraiment dans le cadre de cet article, je vous refere a la litterature scientifique appropriee pour en savoir plus. Bien que, apres presque 20 annees d’evolution de la maladie, je n’avais apparemment aucune raison, selon les normes classiques encore toujours en vigueur, de commencer un traitement a l’insuline, je l’ai fait malgre tout il y a 1 an a peu pres.
Selon les criteres officiels, la plupart des medecins ne proposent de l’insuline a leurs patients que lorsque le traitement classique le plus performant par regime alimentaire et medicaments antidiabetiques oraux ne permet plus de maintenir l’hemoglobine glyquee (HbA1c) en dessous des 6,5 a 7 %.
Or, en suivant un mode alimentaire pauvre en glucides et en ne prenant que seulement deux antidiabetiques oraux (la metformine et le glibenclamide — meme pas a dose maximale —), j’etais arrive a baisser mon HbA1c jusqu’a 4,7 % depuis fin 2012. Cette action du glibenclamide est nettement moins desirable que celle des medicaments qui sensibilisent l’action de l’insuline, comme par exemple celle de la metformine (Glucophage®).
Son action est tellement forte, qu’il peut provoquer d’une dangereuse baisse de glucose dans le sang (ou hypoglycemie), surtout lorsqu’il est pris de maniere inappropriee ou lorsqu’on saute ou retarde un repas. Le glibenclamide force un pancreas deja surcharge a produire encore plus d’insuline, ce qui peut mener a un epuisement total des cellules ? restantes a court ou moyen terme. Les sulfonylurees et medicaments analogues stimulent la production d’insuline, que l’organisme en ait besoin ou non, qu’on ait pris un repas ou non. Les sulfonylurees comme le glibenclamide alterent egalement la circulation au niveau du c?ur et en general, en fermant les canaux potassiques (sensibles a l’ATP) qui ont normalement pour fonction de relacher les vaisseaux sanguins. Les sulfonylurees facilitent la destruction des cellules ? en augmentant le niveau d’une substance toxique appelee amyloide[6]. La plupart des sulfonylurees possedent un effet ‘antabuse’[8], ce qui peut s’averer fort desagreable lorsqu’on boit un verre de vin au repas.
Pour conclure cette parenthese sur les sulfonylurees, il semble clairement contreproductif d’encore prescrire des produits qui epuisent et meme detruisent des cellules ?, alors que l’obtention d’une normalisation de la glycemie par d’autres moyens est parfaitement possible. Auparavant, depuis la periode du le diagnostic de mon diabete en 1997 jusqu’a fin 2012, j’avais bien tente d’associer plusieurs antidiabetiques oraux afin de parfaire mon traitement medicamenteux. Pour differentes raisons (effets indesirables, action insuffisante), ces traitements ont ete abandonnes. En effet, les resultats des controles glycemiques demeuraient largement insuffisants a mon gout.
L’arret total des glucides a absorption rapide qui furent remplaces par de petites quantites de glucides a index et charge glycemique bas. Une prise de medicaments hypoglycemiques reduite a la metformine 3 x 850 mg avant chaque repas (comme medication de base) et au glibenclamide, un ? comprime de 2,5 mg le soir tard afin de reduire la production nocturne et matinale de glucose sanguin. L’instauration d’un programme d’exercices physiques journaliers de minimum 1 heure chaque jour.
C’est ainsi que, sous ce traitement, j’obtins une HbA1c ideale de 4,7% a 5,0 % depuis fin 2012 jusqu’a ce jour.
Mais, je prenais toujours du glibenclamide… et avec lui, je recoltais ses inconvenients, notamment un epuisement de la production de l’insuline endogene par mes cellules ? pancreatiques[15]. L’insuline est le plus naturel, le plus fort et le meilleur remede antidiabetique en notre possession. Et surtout, l’injection d’insuline permet de mettre au repos les cellules ? restantes, de les laisser souffler et meme de recuperer celles qui n’ont pas succombe sous le matraquage des antidiabetiques qui stimulent la secretion insulinique residuelle.
Selon une observation, 66 % des diabetiques de type 2 traites par insuline dit se sentir mieux de facon generale et 77 % est persuade que ce traitement facilite le controle de la glycemie[19].
Une initiation pratique et complete a l’insulinotherapie, suivie de son apprentissage le temps voulu, soit dans la cadre d’un parcours de soin structure, ou d’un accompagnement personnalise sur un plan medical avec, si possible, un soutien permanent de l’entourage. Tout cela implique certaines contraintes qui rebutent certains diabetiques de type 2 de passer a l’insuline… Cela peut se comprendre, mais pourtant, ca en vaut souvent la chandelle !
The way insulin has been presented by today’s media makes it appear to be an evil, weight-gaining hormone that we should all fear. Studying 23 adults who began taking insulin early after their type 2 diagnosis, the group was divided into two groups: the first group began taking insulin while the second group began taking oral medications intended for diabetes. The group taking who began taking insulin saw an over of about 3.5 percent drop in their A1C levels while the oral medication group saw a drop of about 2 percent. L’insulinoresistance constitue un dereglement biologique touchant au metabolisme de l’insuline et pouvant generer diverses maladies dont la principale est le syndrome metabolique ou prediabete, suivi ou non par un diabete de type 2 ou non insulino-dependant (DNID).
L'insulinoresistance conduit, sans en etre la seule responsable, a l'hyperglycemie chez les diabetiques non-insulino-dependants. Il s’agit d’un probleme de plus en plus frequent, determine en partie par l’heredite, mais surtout par le mode de vie «a l’occidentale» des pays industrialises ou l’on se nourrit de moins en moins bien tout en etant de plus en plus sedentaire.
On peut la definir comme une incapacite fonctionnelle des cellules corporelles (surtout celles du foie, des muscles stries et des tissus graisseux) a reagir a l’action de l’insuline.
On sait que normalement, l’insuline a pour fonction, en agissant sur les recepteurs insuliniques accroches aux parois de ces cellules, d’ouvrir leurs portes par une sorte de cle, afin que le glucose circulant puisse etre transporte a l’interieur des cellules (par le systeme des GLUT, transporteurs de glucose).
Elle est la cause majeure des interventions d’urgence a l’encontre d’une population diabetique sous traitement, soit par insuline, soit par medicaments antidiabetiques oraux (les sulfonylurees et les glinides ou insulinosecreteurs non sulfamides principalement). Ceci se passe heureusement dans la grande majorite des cas de diabete de type 2, mais nettement moins chez les diabetiques de type 1 chez qui beaucoup d’hypoglycemies sont relativement plus graves. La correction des symptomes apres prise d’une boisson sucree est, dans le cas general en dehors du diabete, de bien peu de specificite. Mais en cas de chaleur moins extreme, le corps reagit mieux a l'insuline, ce qui peut au contraire diminuer la glycemie [14].
Si la personne n’est pas en etat de se resucrer seule, l’intervention de l’entourage s’impose, toujours en urgence.
Il est important d’avoir ce medicament sous la main et de s'entrainer a faire des injections afin de ne pas paniquer le jour de la crise.
Il s’agit d’un antidiabetique oral insulinosecreteur de la classe des sulfamides hypoglycemiants (les sulfonylurees[2]), c.-a-d. Cette hyperinsulinemie creee artificiellement est un non-sens dans le traitement du diabete de type 2, ou le probleme se situe ailleurs, c’est-a-dire principalement au niveau de l’insulinoresistance.
Contribuant a la regulation de la duree du potentiel d'action dans le muscle cardiaque, le dysfonctionnement des canaux potassiques peut provoquer des arythmies mortelles[4].
Des depots amyloides presentant une structure comparable sont impliques dans de nombreuses pathologies degeneratives telles que maladie d'Alzheimer notamment[7]. Malgre un traitement medicamenteux aussi complet en plus du regime alimentaire classique (j’avais maigri de 14 kg), je persistais a faire de l’hyperglycemie en postprandiale et aussi a jeun.
Elle est la plus naturelle car, par sa structure, elle est proche de la molecule hypoglycemiante produite par notre propre corps.
Or ces complications apparaissent deja pour des seuils inferieurs d’hemoglobine glyquee (6,5 a 7 %)[17]. Bernstein[18], cite une etude a long terme de 2006 portant sur 7.321 non-diabetiques, ou il est demontre que pour chaque augmentation de 1% de l’HbA1c au-dessus de 4,5 %, l’incidence de maladie coronarienne augmente de 2,5 fois.
Son action est similaire a celle des sulfamides hypoglycemiants, bien que sa structure soit differente. But accurate physiology tells a different story: insulin is the most powerful hormone in the human body, and getting enough, especially early in your diagnosis with type 2 diabetes, could have the exact opposite effect you might expect.
If you’re still within your first year of living with type 2 diabetes, you may want to print this study and bring it to your healthcare team ASAP. L’insulinoresistance est caracteristique de ce type de diabete et peut le preceder de 10 a 20 ans [0]. L’hypoglycemie devient severe a partir du moment ou l’intervention de tierces personnes est requise [1].
Il a ete demontre que les sulfonylurees augmentent la mortalite toutes causes confondues, y compris les deces dus aux maladies cardio-vasculaires et le cancer[5].
En plus de la metformine (Glucophage) et des sulfamides hypoglycemiants[10], j’ai pris successivement de l’acarbose[11], de la glitazone[12], une glinide[13], des medicaments augmentant l’effet incretine [14]. Ce dernier signe signifiait que mon foie produisait trop de glucose la nuit (neoglucogenese) et que la glycemie matinale restait elevee (phenomene de l’aube).
La meme etude montre que pour chaque augmentation de 1% de l’HbA1c au-dessus de 4,9 %, la mortalite augmente de 28 %. Il est provoque par l'absorption concomitante d'alcool et de certaines substances medicamenteuses, en particulier le disulfirame et le metronidazole. Don’t be afraid of insulin: your body needs it to live…and it just might need it in order to help save your own insulin production! Toutes les personnes en hypoglycemie ne ressentent pas ces symptomes de la meme facon et certaines peuvent tomber dans un coma hypoglycemique sans meme s’en rendre compte.
15 grammes de glucides suffisent : 15 g de dextrose, par exemple, ou 3 morceaux de sucre, un verre de jus de fruit, un verre de soda non light, 1 cuillere a soupe de confiture ou de miel. A eviter : le chocolat ou les fruits, dont l’effet hyperglycemiant est plus lent et moins constant.



Treatment for nephrogenic diabetes insipidus in dogs diagnosis
Managing type 2 diabetes in the elderly jokes
Idf diabetes treatment guidelines zambia
Diabetes type 2 wiki english




Comments

  1. nice_boy

    Denominator of many power age-related there is a delay in the food emptying, which.

    03.01.2014

  2. AZADGHIK

    Can improve varied elements of diabetes variety (see above), may impair care of yourself so make sure you.

    03.01.2014

  3. quneslinec

    Finds out whether excess glucose causes.

    03.01.2014

  4. Leyla

    Pig out on pizza and ding-dongs all option, you can peel off.

    03.01.2014

  5. 10_Uj_040

    Peripheral neuropathy make this a common.

    03.01.2014